Besoin d’informations? Contactez-nous

Epilation par le système laser à diode

L’épilation laser à diode permet d’épiler sans traumatisme toutes les régions du corps, par photo-thermolyse du follicule pileux. En effet, de nombreuses études confirment l’efficacité des lasers dans l’épilation depuis des années. Par contrôle approprié du temps d’exposition et de la dose appliquée, en fonction de la couleur des poils et de la peau, on peut traiter un large éventail de patients, avec d’excellents résultats.

99% des patients ont une épilation à long terme, en toute sécurité.

Les spots laser à 810 nanomètres sont principalement captés par la mélanine des poils (le chromatophore). L’énergie libérée par un flash de ces lasers est donc accumulée dans les poils. La relaxation brutale de l’énergie de ces poils captants induit de la photo-coagulation des follicules pileux par diffusion, les rendant inertes.

L’énergie de ces lasers interfère peu avec les tissus environnants. En effet, la tête du laser, quand elle est en contact avec la peau, est à 5°. C’est pourquoi, elle limite les effets thermiques indésirables dans une certaine mesure.

Tous les patients peuvent, à de rares exceptions près, effectuer une épilation laser de longue durée de toute une région ou d’une partie du corps. En effet, le laser à diode s’adresse à tous les types de peau, de I à VI.

Cependant, une séance de tests cutanées précède toujours le traitement d’épilation laser pour évaluer la sensibilité du patient à des fluences différentes (Joules/cm3 ). Une anamnèse précisera le degré de réactivité et les cas éventuels à exclure.

De nombreux patients sont demandeurs pour des raisons esthétiques et de confort de supprimer les poils indélicats. C’est réalisable en toute sécurité, de manière non-douloureuse, avec une véritable efficacité, démontrée par de nombreuses études.

Il est bon de savoir que les poils se développent sur un cycle en trois phases

Trois phases :

  • Anagène (croissance active) 85% des poils
  • Catagène (régression) 4% des poils
  • Télogène (repos et chute du poil) 13% des poils

Le laser s’active essentiellement sur les poils en phase anagène, ce qui explique la nécessité de plusieurs séances dans le temps pour éliminer tous les poils (de 5 à 8, selon le degré de réponse du patient). Ainsi, chaque séance élimine environ 15% des poils. De plus, certains patients répondent mieux que d’autres, sans que cela soit prévisible.

Les mélanocytes ne subissent pas de dommages à cette longueur d’onde, pour les fiuences utilisées. Les mélanomes des kératinocytes peuvent par contre être détruits à ces intensités, ce qui explique les décolorations momentanées dans les peaux sombres.

Il n’y a pas de contra-indications connues aux traitements d’épilation laser, sauf chez les patients ayant des chéloïdes.

  • En cas d’exposition au soleil dans les six semaines qui précédent
  • En cas d’infection active ou d’antécédents d’herpès sur la zone à traiter
  • En cas d’hypersensibilité à l’hydroquinone ou d’autres agents de blanchissements
  • En cas d’utilisation de rétinoïdes dans les six mois qui précèdent le traitement.

En outre, l’utilisation de cire épilatoire dans les six semaines qui précèdent le traitement est à proscrire. De fait, cette manipulation arrache les bulbes pileux, rendant le laser inopérant.

Complications et effets secondaires

Généralement, les patients présentent une réaction de type «coup de soleil » pendant quelques heures, voire 24 à 36 heures.

Nous remarquons parfois :

  • Des érosions superficielles qui régressent spontanément
  • De l’hypopigmentation ou de l’hyperpigmentation, qui régresse toujours dans les semaines qui suivent. Ceci est sans conséquences, mais alarme souvent les patients
  • Des douleurs cutanées peuvent survenir à de hautes fluences pendant le traitement. Il faudra diminuer les fluences
  • Un oedème du follicule pileux survenant dans les minutes qui suivent le spot, parfois entouré d’oedème plus étendu, qui se résout spontanément.

Il va de soi qu’une anamnèse doit être réalisée pour détecter les patients qui présenteraient une hypertrichose ou un hirsutisme d’origine pathologique. Ceux-ci doivent être référés pour diagnostic ou traitement chez les médecins compétents.

Questions pratiques

Le patient peut-il se raser avant le traitement ?

Bien entendu, puisque le bulbe pileux persiste sous la peau. C’est sur lui que le laser est le plus efficace. C’est pourquoi, la présence de poils en surface réduit l’efficacité du laser.

Le patient peut-il se faire bronzer après le traitement ?

Effectivement, l’action du laser n’interfère pas à distance dans le temps.